Apprendre à dire “Non”

Bruno TESSON, Président-fondateur du Campus des Dirigeants
Virginie TESSON, Directrice du Pôle Leadership au Campus des Dirigeants

Le dirigeant, au carrefour des aspirations et des demandes de toutes les parties prenantes, se retrouve régulièrement, si ce n’est quotidiennement, en situation de devoir dire « NON ».
Et on attend particulièrement du dirigeant qu’il sache le dire !

Mais dire non est, pour beaucoup, difficile.

  • C’est difficile à cause de nos peurs : peur de déplaire, peur de décevoir, peur de décourager, peur du conflit, peur de la critique, peur de devoir se justifier,…
  • C’est difficile aussi à cause de notre éducation : il faut être gentil, il faut faire plaisir, il faut obéir…

On trouve sur le web des techniques grossières et pathogènes pour dire NON. Par exemple repéter le NON autant de fois que nécessaire pour que l’autre abandonne. Par exemple noyer le poisson dans l’eau,…

Ces techniques ne sont pas dignes d’un dirigeant affirmé.

Un dirigeant affirmé sait dire non d’une manière constructive pour la relation.

Voici une technique pour dire NON d’une manière respectueuse de soi-même, de l’autre et de ce fait efficace et constructive pour l’avenir de la relation.
Au début, elle sera une technique. Progressivement, elle deviendra une posture.

  • En amont de l’échange :
  1. Réaliser d’abord que quand on dit OUI alors qu’on voudrait dire NON, c’est à soi-même qu’on dit NON.
  2. Par rapport à une demande, prendre RDV avec soi-même au sujet de la demande à traiter, en se demandant ce que  l’on VEUT  profondément (et pas ce dont on a ENVIE).

La volonté est un pouvoir que l’on exerce. L’envie est un attrait que l’on éprouve.

  • Pour exprimer sa réponse à la demande :
  1. Reconnaître le bien-fondé de la demande
  2. Opposer le NON à la demande, et non à la personne
  3. Ouvrir sur l’avenir (manifester que je reste ouvert à d’autres demandes).

Vous pouvez retenir l’image du sandwich, le « NON » étant la tranche de jambon entre les 2 tranches de pain de mie agrémenté de salade, cornichons etc…

Cette technique s’applique à toutes formes de demandes : des plus engageantes, aux demandes les plus ordinaires de la vie au travail ou à la maison.

Un exemple :

L’une de vos collaboratrices, membre du CODIR, vous demande  cette année de changer de modèle de voiture de fonction (comme généralement c’est vers le haut dans la gamme).

Vous êtes vraiment partagé entre

  • Dans un sens, l’envie de lui faire plaisir, d’autant que cette collaboratrice manifeste beaucoup d’engagement et obtient de très bons résultats.
  • Dans l’autre sens, votre volonté de donner des signaux dans le sens de plus de frugalité et de cohésion au sein des équipes.

Après avoir pris le temps de la réflexion, vous voulez dire NON et décidez de dire NON, bien que cela vous soit difficile.

Voici un exemple de formulation :

« Sandrine, je sais ton goût pour les voitures. Je peux comprendre que tu apprécierais d’avoir une X, et te remercie de m’en parler. Toutefois, je ne donne pas suite à ta demande d’accéder à ce nouveau modèle. Si nous demandons aux équipes de faire des efforts cette année, nous devons être cohérents pour ce qui nous concerne à la direction. J’ai à cœur que ton travail t’apporte beaucoup de satisfaction. Si je peux faire autre chose pour qu’il te soit plus facile et agréable, n’hésite pas à revenir vers moi. »

Si vous dites des choses que vous ne pensez pas, vous êtes dans la manipulation.

Si vous êtes sincère, votre affirmation et votre savoir-faire construisent l’avenir de votre relation.