Soirée conférence débat autour de Michel Leclercq, Fondateur de Décathlon

Soirée inoubliable pour la communauté du Campus des Dirigeants, réunie le 8 mars dernier à Paris autour de Michel Leclercq, fondateur de Décathlon !

Et quelle meilleure introduction pour les dirigeants de la promo « Les Alchimistes » engagés dans le parcours Être et Agir en dirigeant qui planchaient le lendemain sur le thème : Comment construire un projet d’entreprise enthousiasmant et partagé ?

Rêveur Michel Leclercq ? Porteur d’un rêve, plutôt. Et c’est l’une des raisons de l’incroyable aventure Décathlon qui a franchi en 2016 le cap des 10 milliards d’euros de CA, avec 78 000 collaborateurs et 1176 magasins à travers le monde, et surtout reconnu pour sa capacité à innover et pour sa place dans le top des best places to work.

Car l’entrepreneur porte un rêve. Il porte une vision. Et comme l’explique Michel Leclercq, seule une vision ambitieuse est prudente. Car elle impose d’élaborer des stratégies différenciantes et économes (les stratégies David versus Goliath). Voilà pourquoi toute entreprise doit viser de devenir leader mondial…de quelque chose ! Et pourtant, si la vision définit la cible, celle-ci n’est pas faite pour être atteinte (comme l’étoile qu’on suit). Elle est juste indispensable pour tracer un chemin et animer les équipes sur ce chemin.

La vision, si elle est indispensable, ne répond pas au sens de l’action. Car quand on atteindrait le but, on perdrait le sens.

Michel Leclercq insiste alors sur la nécessité de rendre explicite la raison d’être (la mission) de l’entreprise. Et si partir d’une page blanche autour de la question « Pour-Quoi ? » est souvent difficile, il propose de décomposer la question en « Pour-Qui ? Quoi ? ». La raison d’être, quand elle est explicite, est le sens (l’entreprise, comme toute personne a besoin de donner du sens à sa vie). Le sens doit être incarné (au sens propre « mis dans la viande » !), c’est à dire incarné dans les stratégies et dans les produits.

Questionné sur l’ordre des priorités pour l’entreprise, Michel Leclercq répond sans hésitation :

1) les collaborateurs
2) les clients
3) les citoyens
4) les actionnaires.

« Mettre les collaborateurs en priorité 1 est extrêmement puissant car cela fait converger le but et les moyens »

Porteur de rêve Michel ? Assurément. Mais aussi entrepreneur et tellement inspiré en merchandising…On ne réussit pas par hasard.

Bruno Tesson