La transition numérique impacte t’elle le métier de dirigeant ?

Faire vivre des transitions à l’entreprise est fondamentalement inscrit dans la mission du dirigeant et en constitue même l’une des composantes majeures. Observer le marché et plus largement le monde, s’informer, discerner, orienter, décider, impulser, s’engager, poser des signes forts du changement, accompagner, encourager…tel est le métier du dirigeant.
Numérique ou non, toute transition est d’abord l’affaire du dirigeant.
Est-ce donc utile de disserter plus longuement sur le lien entre la transition numérique et le métier de dirigeant ? Certes oui. Car la transition numérique est triple : technologique, culturelle et politique. En cela elle impacte potentiellement tous les aspects de la vie de l’entreprise donc aussi, le métier de dirigeant.

Impact des changements organisationnels et managériaux
La technologie, mise dans les mains de tous, crée un monde plus plat. L’information facilement partagée confère plus d’autonomie et de responsabilité dans la prise de décision où qu’on soit positionné dans l’organisation de l’entreprise. Le monde centralisé devient distribué. L’organisation hiérarchique « en silos » cède le pas à l’organisation en réseau.
Que deviennent donc le dirigeant et le Comité de Direction, points culminants de l’organisation hiérarchique dans un monde qui s’aplatit ?

Impact des changements dans le rapport à l’autorité centrale
Le monde numérique bouscule le concept d’autorité centrale. Par exemple, en exprimant publiquement leurs avis sur les produits et services des entreprises, les clients prennent progressivement le pas sur les institutions de contrôle, publiques et privées. D’une manière similaire, le développement des fameux « blockchains » pourrait progressivement éclipser
les tiers de confiance. Tout ceci fait basculer notre monde, de la confiance dans les institutions, à une confiance plus grande dans les pairs.
Qu’en-est- il du regard posé par les collaborateurs sur l’autorité que représente le dirigeant ?

Impact des changements dans le rapport au travail et à l’entreprise
Les changements culturels induits par la technologie ont bousculé la relation au travail. Les espaces de coworking qui poussent ça et là nous parlent de comportements nouveaux : aspiration à être indépendant mais travailler en communauté, être indépendant et s’entraider, être indépendant et travailler sur des projets collectifs.
On commence à voir des entrepreneurs fédérer des travailleurs indépendants – non exclusifs – plutôt que de recruter des collaborateurs salariés.
Que devient le métier de dirigeant quand il tend à se déconnecter du rôle d’employeur ?

Conséquences de ces changements sur le métier de dirigeant
Fondamentalement, la mission du dirigeant ne change pas. Elle est toujours de créer et piloter les conditions de la réussite autour d’un projet partagé.
C’est son mode d’exercice qui évolue. Plus grandes sont l’autonomie, la distribution des responsabilités, le choix des moyens d’action par les équipes, plus le dirigeant et le Comité de Direction peuvent et doivent passer de temps à fédérer les forces de l’entreprise autour d’une vision partagée du futur et de quelques principes d’organisation (règles du jeu).
En écho à ceci, le dirigeant et le Comité de Direction sont amenés à ne plus traiter du « comment », pour s’attacher surtout à créer le cadre de la réussite pour l’ensemble des collaborateurs : de quelles informations ont-ils besoin pour prendre les meilleures décisions ? quelles formations leur proposer pour développer leur autonomie ? de quelles ressources ont-ils besoin ?
Nos représentations habituelles positionnent le dirigeant à la pointe d’une pyramide.
Toutefois, le dirigeant a fort intérêt à se représenter aussi – et c’est d’abord un exercice mental – au cœur d’un réseau. Il doit pouvoir se projeter de façon permanente entre une vision pyramidale et une vision réticulaire de l’entreprise. Cette double représentation génère des comportements différents et complémentaires dans leurs effets.

Vivre la transition numérique dans son métier de dirigeant c’est appréhender les changements culturels et politiques qui accompagnement les changements technologiques.
Cela va bien au-delà d’apprendre à tweetter !

//]]>